Pierre Moti, statue de l'île de Paques

Expositions

 


Pierre Loti,
une oeuvre au long cours




Un livre, une exposition : à l'occasion de la parution d'un livre consacré aux dessins de Pierre loti par les éditions Bleu autour installées à Saint-Pourçain proche de Moulins, les responsables du musée Anne de Baujeu, de cette dernière ville, organisent une exposition sur le même thème. La publication comme l'exposition viennent opportunément rappeler au lecteur un homme de lettres doublé d'un artiste à qui il n'est pas entièrement rendu justice aujourd'hui.


Julien Viaud (1850 – 1923), plus tard il prendra le nom de lettres Pierre Loti, est né à Rochefort dans une famille protestante qui avait des attaches avec l'île d'Oléron.


2_statue_de_l--le_de_p-ques1 rsolution de lcran
Statue de l'île de Pâques, Pietrre Loti, crayon et encre bleue, coll. Particulière.

C'est dans sa famille qu'il va faire ses premiers pas dans l'art du dessin. Son père était aquarelliste amateur, sa mère maniait le crayon et le pinceau, enfin sa sœur aînée Marie, qui abandonna une carrière prometteuse pour se marier, était mieux qu'un peintre amateur : elle fut l'élève du maître Léon Cogniet et on connaît d'elle une centaine de portraits et près de deux cents paysages. Le jeune homme parachèvera cette première formation à l'école navale où il entre pour devenir officier de marine. En effet, à l'époque où la photographie était dans les limbes, tout officier, de terre comme de mer, se devait de savoir dessiner.


Un drame familial va faire de Julien Viaud un dessinateur professionnel. Son père, comptable de la ville de Rochefort, fut accusé, à tort, de détournement de fonds. Réhabilité, Il lui fallut néanmoins rembourser les sommes disparues. On songea même à vendre la maison de famille. Cette maison dont, plus tard, beaucoup plus tard, Pierre Loti fera un ensemble extraordinaire où derrière le salon bourgeois bien sage se cachent plusieurs folies : une salle médiévale, une mosquée syrienne, un salon oriental, et même une pagode japonaise (aujourd'hui disparue)... Une des maisons d'écrivain les plus originales de France.


Qui eut l'idée d'exploiter le talent du jeune officier et d'en faire un métier? Sans doute sa sœur qui avait de nombreuses relations à Paris. Pendant des années il expédiera aux journaux parisiens, l'Illustration et le Monde Illustré principalement, des dessins exécutés lors de ses escales tout autour du monde. Ainsi il sauvera la maison familiale.